Insectes des plantes à poivrons: que mangent les plantes à piments forts?

Insectes des plantes à poivrons: que mangent les plantes à piments forts?

Par: Bonnie L. Grant, agricultrice urbaine certifiée

Les piments forts sont un moyen de dissuasion efficace contre de nombreux ravageurs, mais qu'est-ce qui nuit aux plantes épicées? Il existe plusieurs insectes des plantes à poivre qui peuvent attaquer les plantes et leurs fruits, et l'oiseau ou le mammifère occasionnel pourrait essayer une morsure. Les plus grands coupables sont une poignée d'insectes et leurs larves, mais ceux-ci peuvent facilement être traités par la vigilance et des méthodes de contrôle organiques.

Les plus grands ravageurs du piment fort

De magnifiques piments forts et des piments épicés ajoutent du punch à une multitude de recettes. Mais les fruits avec des trous ou des feuilles déchiquetées peuvent compromettre votre récolte. Les mammifères et les oiseaux évitent généralement ce genre d'épices, mais les insectes ne semblent pas exploiter les poivrons lacés à la capsaïcine. Il existe plusieurs punaises des plantes à poivre qui peuvent causer de graves problèmes à votre récolte de poivre.

Les insectes des plantes de piment sont probablement les charançons du poivron et les vers à corne du poivre. Bien que leurs noms puissent suggérer qu'ils ne gênent que les plants de poivrons, ils causent des problèmes dans plusieurs autres cultures.

  • Charançons du poivre sont de petits insectes au corps dur avec une trompe prononcée qu'il insère dans les tissus végétaux. Les adultes et les larves se nourrissent de la plante et provoquent la chute des bourgeons et des fruits. Les larves pénètrent dans le fruit et provoquent une chair de type pourrie.
  • Vers des cornes du poivre sont les larves d'un papillon de nuit d'une envergure de 4 pouces (10 cm). Ils se cachent sous les feuilles pendant la journée et sortent pour manger le soir.

Petites punaises des plantes de piment fort

Les insectes que vous pouvez à peine voir sont souvent ceux qui causent le plus de dégâts. Les pucerons, les altises, les spidermites et les thrips sont tous assez petits. Les thrips et les tétranyques sont presque impossibles à voir à l'œil nu, mais si vous mettez un morceau de papier blanc sous les feuilles du poivron et que vous les secouez, vous verrez les petites taches de noir (thrips) à rouge (acariens).

L'activité de succion et d'alimentation des petits ravageurs se traduit par des feuilles instippées, un feuillage tombé et sur toute la déclinaison de la santé des plantes.

Les dommages causés par les nématodes à galles peuvent ne pas être connus avant qu'il ne soit trop tard. Ce sont des tinyroundworms qui vivent dans le sol et se nourrissent des racines, ce qui entraîne une perte de vigueur et peut tuer la plante lors de fortes infestations. Les mineuses sont de minuscules larves qui laissent des traces révélatrices dans les feuilles. Ils peuvent réduire la taille des cultures.

Contrôler les bogues sur mes plantes de piment fort

Les plus gros ravageurs des piments forts peuvent être traités à la main, ce qui peut sembler fastidieux, mais vous évitez les produits chimiques sur vos fruits et vous êtes satisfait de briser votre ennemi. La plupart des petits insectes peuvent être lavés de la plante avec de rapides jets d'eau.

En cas d'infestations importantes, utilisez un spray de savon horticole toutes les semaines. Bacillusthuringiensis est une bactérie naturelle qui est sûre à utiliser et agit sur de nombreux insectes ravageurs. Les formules biologiques contenant des pyréthrines peuvent également être utilisées en toute sécurité jusqu'à deux semaines avant la récolte. Neemoil est également une option biologique efficace et sans danger pour les produits comestibles.

Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le


Ravageurs et maladies affectant les piments

Vous avez donc acheté (ou conservé) vos graines, les avez soigneusement plantées et fourni les conditions de croissance optimales. Cependant, le danger se cache dans tous les coins du jardin avec toute une série de ravageurs et de maladies bestiaux prêts à abattre sans discernement vos plantes à tout moment.

En général, il existe deux types de facteurs qui peuvent entraîner la mort et la destruction de vos plantes chiliennes bien-aimées - les agents vivants (biotiques) et non vivants (abiotiques). Les agents vivants comprennent les insectes, les bactéries, les champignons et les virus. Les agents non vivants comprennent les températures extrêmes, l'excès d'humidité, la faible luminosité, l'insuffisance de nutriments, un pH du sol médiocre et les polluants atmosphériques.

Ce guide chilemans vise à fournir un aperçu de certains des agents vivants les plus courants qui peuvent infecter vos plantes chiliennes pour vous aider à identifier `` l'ennemi '' et vous fournir des munitions pour lutter contre le problème. Après tout, l'homme veut que vos plantes aient une vie longue et saine et produisent une récolte abondante de beaux piments.

Connais ton ennemi!

Malheureusement, il existe une multitude de ravageurs et de maladies qui peuvent infecter les plants de poivre du Chili. Heureusement, seuls quelques-uns sont courants au Royaume-Uni, avec le plus de problèmes dans les climats plus chauds tels que les Caraïbes et les Amériques. Bien que la plupart des insectes soient plus une irritation qu'un problème terminal ne causant que des dommages localisés, ce sont les maladies qu'ils peuvent véhiculer qui peuvent faire les vrais dommages.

Une étude de Green, S. K. et Kim, J. S (1991), a révélé que plus de la moitié des virus connus sont transmis par les pucerons (mouche verte). Les thrips, les acariens, les aleurodes, les coléoptères et les nématodes en transmettent d'autres. Certains des problèmes les plus graves tels que la pourriture bactérienne des feuilles et le virus de la mosaïque du tabac (TMV) sont transmis par contact direct avec des plantes infectées, du sol ou des outils de jardinage avec d'autres transmis par des mécanismes non encore compris.

Les plantes malades peuvent présenter une variété de symptômes, ce qui rend le diagnostic extrêmement difficile. Les symptômes courants comprennent une croissance anormale des feuilles, une distorsion de la couleur, un retard de croissance, des plantes ratatinées et des gousses endommagées. Bien que les ravageurs et les maladies puissent entraîner des pertes de rendement considérables ou entraîner la mort de vos plantes, aucun ne semble affecter directement la santé humaine.

Mieux vaut prévenir que guérir

En règle générale, la plupart des ravageurs et des maladies ne peuvent pas être complètement éradiqués, mais ils peuvent être gérés et contrôlés pour minimiser les dommages «collatéraux». Une fois qu'un problème s'est installé, il est souvent très difficile à contrôler.

Pour gérer les problèmes potentiels, une identification précoce, un diagnostic correct et la mise en œuvre rapide de méthodes préventives devraient vous permettre de maîtriser la plupart des problèmes avant que des dommages graves ne soient infligés.

Cependant, pour le bien de l'environnement avant d'atteindre automatiquement la bouteille de poison la plus proche, il existe plusieurs stratégies biologiques beaucoup plus conviviales et faciles qui peuvent être déployées, en particulier pour lutter contre les insectes. Malheureusement, les infestations virales et fongiques les plus graves peuvent nécessiter le déploiement de la guerre chimique. Cependant, lisez toujours attentivement les instructions sur le flacon et prenez des précautions lors de l'utilisation d'agents chimiques.

Stratégies biologiques pour lutter contre les ravageurs

1. Apprenez à tolérer certains dommages: La plupart des plants sains du Chili peuvent tolérer certains dommages sans subir de graves problèmes à long terme ni de réduction de rendement. Les feuilles croquées / les gousses endommagées peuvent être facilement enlevées pour conserver l'apparence attrayante de votre plante.

2. Présentez les «bons gars»: Les pucerons qui se nourrissent au printemps peuvent alarmer de nombreux producteurs chiliens. L'introduction de prédateurs naturels tels que les coccinelles, les guêpes parasites et les chrysopes aidera à nettoyer la plupart des infestations locales d'ici un mois environ.

3. Sélection manuelle / traque: Chasser les escargots et les limaces et `` s'en débarrasser '' peut être un exercice très satisfaisant, surtout si les petits blighters ont déjà frappé vos plantes prisées. Les «chasses aux limaces» nocturnes par temps pluvieux peuvent être particulièrement productives.

4. Le tuyau d'eau: Un tuyau d'eau solide délogera temporairement les mouches, les pucerons et autres ravageurs des plantes matures. Attention cependant à ne pas saturer ou endommager vos plantes et évitez cette méthode en utilisant les jeunes plants.

5. Retirez les plantes ou parties de plantes malades: Le simple fait de retirer et d'éliminer les plantes gravement endommagées peut aider à réduire le problème et à empêcher sa propagation aux plantes adjacentes.

6. Rotation des cultures: Il s'agit d'une stratégie particulièrement importante pour lutter contre les agents pathogènes du sol tels que la flétrissure verticillienne et la pourriture des racines.

7. Cultivez des plantes résistantes aux ravageurs et tolérantes aux ravageurs: De nombreuses variétés hybrides, en particulier certaines des nouvelles variétés de poivrons doux ont été développées pour donner une résistance spécifique à des maladies telles que le virus de la mosaïque du tabac (TMV) et la tache bactérienne des feuilles.

8. Innoculer: Lors de la culture en pot, il est probable que de la terre stérilisée ait été utilisée. Le sol stérile est mûr pour la colinisation par de nombreuses formes de bactéries, champignons et insectes. Il est fort probable que la première colinisation ne sera pas bénéfique. Cependant, tout comme vous pouvez acheter des yaourts contenant des bactéries bénéfiques au supermarché, vous pouvez également acheter des bactéries bénéfiques pour votre sol (même si c'est un peu plus difficile à trouver). Les champignons Mycorhizzal bénéfiques sont également disponibles et commencent à devenir populaires dans de nombreuses boutiques en ligne. Il peut également être utile, selon l'étendue de vos conditions de croissance, d'introduire des insectes prédateurs bénéfiques vivant dans le sol. L'introduction de vos propres bactéries, champignons et insectes symbiotiques limite la probabilité de colonisation par des formes parasitaires. En plus de favoriser la croissance de la plante chili et d'offrir une tolérance aux stress environnementaux, de nombreuses formes de bactéries et de champignons Mycorhizzal sont également supposées inoculer la plante chili des maladies et des virus. En outre, ils sont utiles pour réduire les conditions qui rendent ces maladies et virus possibles.

Quel est le problème? - Un guide de référence rapide

À moins que vous ne soyez un taxonomiste expert ou que vous n'ayez facilement accès à un laboratoire, le diagnostic correct du problème est probablement le facteur le plus difficile (et le plus critique) dans votre bataille avec l'ennemi dans son ensemble, de nombreux problèmes peuvent présenter des symptômes très similaires. Nous espérons que le guide suivant vous aidera à affiner le problème.

Les feuilles:

Jaunissement
- voir les sections sur les pucerons, les aleurodes, les nématodes et la flétrissure verticillienne
- pourrait également être causé par une carence en azote ou en magnésium, une carence en minéraux ou un arrosage excessif

Brunissement
- voir Feuille bactérienne Brûlure tachetée et phytopthora
- pourrait également être causé par un excès d'azote.

Curling / distorsion
- voir pucerons, thrips, tétranyques et virus

Holed
- voir les limaces, les escargots et les altises

Roussi
- voir sunscald
- pourrait être causé par des brûlures de produits chimiques ou d'engrais

Taches / Taches
- voir Tache bactérienne des feuilles, Tache foliaire de Cercospora Oïdium, brûlure phytopthora et virus
- pourrait également être causé par des dommages chimiques

Les plantes:

Brunir les tiges
- voir Tache bactérienne des feuilles et brûlure phytopthora
- pourrait également être causé par un arrosage insuffisant

Flétrissement
- voir Flétrissement verticilllien, flétrissement bactérien et brûlure phytopthora
- pourrait également être causé par un arrosage trop faible / trop important

Plantes qui tombent
- pourrait être causé par un sol gorgé d'eau, un support végétal insuffisant ou des racines mal développées

Croissance lente
- susceptibles d'être causés par une lumière insuffisante, un sol pauvre, des températures basses. Notez que certaines espèces du Chili, en particulier les Chinois, ont une croissance notoirement lente

Les pods:

des trous
- voir les limaces, les escargots et les asticots du poivre
- Les oiseaux et les animaux sont également friands des cabosses occasionnelles du Chili (les animaux ont tendance à éviter toutes les cabosses du Chili sauf les plus douces - bien qu'ils puissent prendre un grignotage de test).

Taches / décoloration
- voir Anthracnose, Tache bactérienne des feuilles, Pourriture apicale de la fleur, Brûlure phytopthora, Moisissure grise et thrips
- pourrait également être causé par le soleil ou des carences en nutriments

Distorsion
- voir Thrips, tétranyques et virus. Une mauvaise pollinisation peut également causer ce problème

Pourriture molle
- voir pourriture molle bactérienne et moisissure grise

Échec de maturation
- temps de maturation insuffisant susceptible d'être le problème

Insectes nuisibles

Les insectes les plus susceptibles de «profiter» de vos plantes chili sont les limaces et les escargots, les pucerons (mouches vertes / mouches noires), les mouches du poivron, les aleurodes et les nématodes. Les altises, les vers gris, les vers à cornes, les thrips, les tétranyques et les mineuses sont moins courants. Pour contrôler les problèmes d'insectes, une inspection régulière est encore une fois la clé du succès.

Limaces et escargots sont probablement l'ennemi numéro 1 des jardiniers, ces petits démons peuvent très heureusement transformer l'un de vos spécimens en un fromage suisse pratiquement pendant la nuit avant de retourner dans leurs cachettes, vous laissant vous demander ce qui s'est passé. Heureusement, la plupart des limaces et des escargots laissent derrière eux un élément de preuve incriminant qui aide à la fois à diagnostiquer le problème et à le localiser, une traînée de slime! Les limaces sont hermaphrodites (elles peuvent s'accoupler avec elles-mêmes) et peuvent produire des dizaines d'œufs plusieurs fois par an. Les grappes d'œufs ressemblent à de petits tas de gelée blanchâtre et éclosent entre 10 jours et 28 jours. «Jetez» les limaces et les œufs où que vous les trouviez.

Les chasses aux limaces régulières sont le meilleur plan d'action. Le jardinage en conteneur, l'utilisation de ruban / tapis de cuivre (placé autour de la plante) et même d'huile d'ail ont été utilisés par les jardiniers avec un certain succès.

Pucerons (Greenfly / BlackFly) sont l'un des insectes de jardin les plus communs et les plus ennuyeux. Ils sont particulièrement attirés par les jeunes pousses tendres, aspirant vos plants de sève et déformant les pousses et les feuilles. Les plantes cultivées à l'intérieur et loin des prédateurs naturels du jardin peuvent être particulièrement sujettes aux infestations. Image © Virtualpepper

Les petites infestations sont relativement faciles à contrôler. Une méthode consiste à introduire des prédateurs naturels pour faire le travail à votre place. Une seconde est de les attirer loin de vos chéris en plantant des soucis (tagetes et calendula) à proximité. Les soucis sont un aliment favori des pucerons et la théorie veut qu'ils seront beaucoup plus intéressés par les soucis que vos plantes du Chili.

D'autres moyens faciles de contrôler les pucerons incluent les frotter avec vos doigts ou les pulvériser avec une solution de savon très diluée, environ une cuillère à café de savon pur liquide fée (aussi proche de 100% d'acides gras que possible - évitez les antibactériens, parfumés, & savons à base de détergent) à quelques litres d'eau. Les infestations plus graves sont plus gênantes et il peut être préférable d'isoler les plantes pour éviter que le problème ne se propage à vos autres plantes. Malheureusement, la pulvérisation de plantes gravement infestées ne fournira qu'un soulagement temporaire et peut simplement déplacer les pucerons d'une plante à une autre.

Altises mesurent environ 2 mm de long, d'apparence brillante avec des pattes arrière élargies qui leur permettent de sauter. Les altises adultes se nourrissent de la face inférieure des jeunes feuilles en laissant de petites fosses ou des trous de forme irrégulière. Les larves vivent principalement dans le sol et se nourrissent de racines, mais causent peu de dégâts.

Assurer une germination et un développement rapides des plants afin qu'ils se développent rapidement à travers cette étape vulnérable. Les altises se nourrissent à la hauteur de la journée et n'aiment pas se mouiller. Leur donner une douche à l'heure du déjeuner peut réduire le problème.

Asticots du poivre sont jaune blanchâtre, pointues à l'extrémité de la tête et longues de 0,5 po à maturité. Les asticots se nourrissent du cœur à l'intérieur des cosses, ce qui fait que les poivrons endommagés deviennent prématurément rouges et pourrissent.

Vérifiez les gousses pour les petits trous de perforation et détruisez les gousses infectées. Les gousses en décomposition attireront d'autres mouches si elles sont laissées sur la plante.

Nématodes à galles sont des vers ronds microscopiques ressemblant à des anguilles qui vivent dans le sol et se nourrissent de racines. Les dommages aux racines réduisent la capacité des plantes à absorber l'eau et les nutriments essentiels. Les symptômes varient avec l'âge de la plante et la gravité de l'infestation, mais comprennent le flétrissement des plantes non productives et le développement de nœuds caractéristiques sur les racines de la plante, dont la taille peut varier de plus petite qu'une tête d'épingle à plus grande qu'un pois. Le problème peut être particulièrement grave dans les sols sableux.

La rotation des cultures et l'ajout de matière organique aux sols sableux peuvent aider à réduire l'impact des nématodes. La meilleure méthode de contrôle consiste à planter des variétés résistantes (souvent indiquées par un N sur le sachet de graines) comme California Wonder et Charleston Belle.

Acariens peut être un problème grave, en particulier pendant les périodes de temps chaud et sec. Ils se nourrissent de la face inférieure des feuilles et, à l'œil nu, ressemblent à des points en mouvement. Lorsque l'infestation est élevée, les feuilles auront des toiles sur elles si elles ne sont pas contrôlées, ces acariens peuvent tuer une plante. Les feuilles infectées s'enroulent souvent vers le bas et les feuilles ont un aspect moucheté, comme si elles étaient couvertes de centaines ou de milliers de points jaune pâle. Une technique simple pour identifier les acariens consiste à tapoter une feuille infectée sur un morceau de papier blanc. Attendez quelques secondes et observez le mouvement.

Les tétranyques rouges se reproduisent dans les endroits chauds et secs. Si vous pouvez augmenter l'humidité autour de la plante, vous diminuez le taux de reproduction du ravageur. Humidifiez les zones infectées. Pour les plantes d'intérieur, de courtes vacances dans un endroit plus frais et plus humide (la salle de bain?) Peuvent aider à se débarrasser de l'infestation.

Thrips sont nombreuses en espèces et toutes sont extrêmement petites. Ils sont très minces et peuvent être blancs, jaunes, bruns ou noirs. Les feuilles affectées sont souvent déformées et s'enroulent vers le haut. La surface inférieure des feuilles peut développer un éclat argenté qui vire plus tard au bronze. Les dommages sur les gousses apparaissent sous forme de zones brunes ou argentées près du calice.

Les thrips n'ont généralement pas besoin d'être contrôlés car les acariens prédateurs feront normalement le travail à votre place.

Les aleurodes sont de minuscules insectes (1,5 mm de long) avec de larges ailes qui volent de la plante lorsqu'ils sont dérangés. Ils sucent les jus de plantes des feuilles, les faisant se ratatiner, jaunir et tomber. Les aleurodes sécrètent également du miellat qui peut rendre le feuillage collant et recouvert d'une fumagine noire.

La lutte contre les aleurodes est difficile, car seule la dernière étape (volante) du cycle de vie des aleurodes est sujette à la pulvérisation. Le contrôle des aleurodes est difficile car ils ont des cycles de vie très rapides. Pour éliminer ce ravageur, des pulvérisations fréquentes sont nécessaires - au moins une fois par semaine et pendant plusieurs semaines / mois. Les bonnes pratiques culturales, telles que l'élimination des plantes infectées, l'élagage de la nouvelle pousse supérieure et / ou l'utilisation d'une solution savonneuse légèrement diluée (à base d'acides gras) sont des contrôles possibles. La persévérance est nécessaire sont les meilleurs contrôles.

Maladies bactériennes et fongiques

L'anthracnose est causée par les champignons Colletotrichum piperatum et C.capsici et est favorisée par des températures chaudes, une humidité élevée et une mauvaise circulation entre les plantes. Les variétés de piments doux et piquants sont sensibles à ce trouble. Bien que la maladie n'affecte pas sérieusement la croissance végétative, elle peut gravement endommager les gousses. Les symptômes apparaissent sur les gousses mûres et non mûres et sont caractérisés par des taches circulaires enfoncées pouvant atteindre 1 pouce de diamètre. Dans des conditions humides, des masses de spores roses ou jaunes peuvent apparaître.

Rotation des cultures et utilisation de semences indemnes de maladies. Si le trouble est grave, un fongicide peut être nécessaire.

Tache bactérienne des feuilles est causée par la bactérie Xanthomonas campestris pv vesicatoria transmise par voie terrestre, qui provoque également des taches bactériennes dans les tomates et est l'une des maladies bactériennes les plus graves affectant les piments. Les principales sources sont les semences infectées et les greffes. Les conditions humides favorisent le développement de la maladie.

Cette maladie apparaît d'abord sous forme de petites zones imbibées d'eau qui grossissent jusqu'à un quart de pouce de diamètre. Les taches de maladie ont des centres noirs et des halos jaunes. Les taches sont déprimées sur la surface supérieure des feuilles, tandis que sur la surface inférieure, les taches sont surélevées et ressemblent à des croûtes. Les feuilles très tachetées finiront par jaunir et tomber, laissant les gousses sensibles aux brûlures du soleil.

Rotation des cultures et utilisation de semences indemnes de maladies. L'utilisation de fongicides à base de cuivre peut avoir un certain succès bien qu'une utilisation excessive puisse retarder la croissance et endommager les plantes

Pourriture molle bactérienne est causée par la bactérie Erwinia carotovora pv carotovora et affecte les cabosses du Chili. Le tissu interne se ramollit avant de se transformer finalement en une masse aqueuse avec une odeur nauséabonde. Ce problème est pire par temps humide car les bactéries sont projetées du sol et sur les fruits. Il peut également être déclenché par des blessures d'insectes.

Éloignez les plantes du sol (en serre) et le contrôle des insectes peut aider à réduire la menace de ce trouble.

Flétrissement bactérien est causée par la bactérie Pseudomonas solanacearum. Les premiers symptômes commencent par le flétrissement des feuilles. Après quelques jours, il en résulte un flétrissement permanent de la plante entière, sans jaunissement des feuilles. Vous pouvez tester cette bactérie en coupant les racines et les tiges inférieures recherchent des flux laiteux de bactéries lorsqu'elles sont en suspension dans l'eau.

Le meilleur contrôle est de planter des semences et des greffes propres et d'éliminer les plantes malades.

Tache des feuilles de Cercospora (oeil de grenouille) est causée par le champignon Cercospora capsici et est pire dans des conditions prolongées chaudes et humides. Cette maladie est caractérisée par de petites lésions foliaires circulaires brunes qui ont un aspect aqueux. Une chute excessive des feuilles peut survenir lors d'infestations courantes.

Des semences propres et une rotation des cultures sont les meilleures mesures préventives contre cette maladie. Une bonne circulation de l'air autour des plantes dans les zones abritées (serres) aidera également à minimiser ce problème. Les fongicides sont probablement la meilleure solution si le problème est étendu.

Amortissement est causée par une mauvaise qualité des semences, une profondeur de plantation inadéquate, des concentrations élevées de sel, des lits de semence humides ou de graves carences en nutriments. Plusieurs champignons tels que Pythium, Rhizoctonia et Fusarium sont associés à ce problème. Les semis ne parviennent pas à émerger (fonte des semis avant la levée), les petits plantules s'effondrent (fonte des semis après la levée) ou les plantules sont rabougries (pourriture des racines et pourriture du collet).

Pour contrôler ce problème, ne plantez que des semences de haute qualité ou des greffes vigoureuses et évitez les sols mal drainés. Une bonne ventilation réduit l'humidité de surface, et donc la probabilité de fonte des semis. L'utilisation d'un fongicide, tel qu'un fongicide à base de cuivre, ou même simplement l'arrosage avec du thé à la camomille (fournit un fongicide doux à force normale), peut réduire davantage la probabilité de fonte des semis.

Moisissure grise est un problème relativement courant et est causé par le champignon Botrytis cinerea. Les symptômes comprennent un effondrement soudain des tissus succulents, tels que les jeunes feuilles, les tiges et les fleurs. Des masses de spores poudreuses grises se produisent à la surface des tissus végétaux morts.

Une humidité élevée favorise la maladie. S'assurer que vos plantes ont une bonne circulation d'air aidera à réduire ce problème. Un fongicide est probablement le meilleur choix si la moisissure est sévère.

Phytophthora Blight (Flétrissement du Chili) est causée par un fugus hydrique Phytophthora capsici et est généralement observée dans les zones humides humides. Le champignon peut envahir toutes les parties de la plante, provoquant au moins trois syndromes distincts: la brûlure des feuilles, la pourriture des fruits et la pourriture des racines. Il est favorisé par un temps chaud et humide. Les plantes souffrant de cette maladie flétrissent et meurent souvent, laissant des tiges et des feuilles brunes et de petits fruits de mauvaise qualité. Si le champignon pénètre dans les racines, le jeu est malheureusement terminé car les plantes ne peuvent pas obtenir suffisamment d'eau (en raison de la pourriture des racines), se fanent soudainement et finissent par mourir. Les symptômes de la brûlure des feuilles moins servie comprennent des taches brunes ou noires qui peuvent tuer une partie localisée de la plante. Les zones touchées sont souvent bordées d'une moisissure blanche.

Évitez les arrosages excessifs et les sols mal drainés. Les fongicides peuvent être utilisés pour traiter la brûlure des feuilles et la pourriture des fruits. La pourriture des racines est généralement terminale.

Mildiou poudreux est causée par le champignon Leveillula taurica et affecte principalement les feuilles des poivriers dans des conditions chaudes et humides. Bien que la maladie survienne généralement sur les feuilles plus âgées juste avant ou au moment de la nouaison, elle peut se développer à n'importe quel stade du développement de la culture. Les symptômes comprennent une croissance inégale, blanche et poudreuse qui peut s'agrandir pour couvrir toute la surface inférieure des feuilles. Les feuilles malades finissent par tomber, laissant les gousses sensibles au soleil.

L'oïdium est géré principalement avec des fongicides. Cependant, les pulvérisations de bicarbonate de soufre et de potassium sont connues pour avoir un certain succès.

Flétrissement verticillien est causé par un champignon du sol Verticillium dahliae est un champignon du sol qui peut infecter les plants de poivrons à n'importe quel stade de croissance. L'air frais et les températures du sol le favorisent. Ce problème est particulièrement difficile à cerner, car les symptômes sont très variables. Les plantes peuvent présenter un jaunissement des feuilles et un retard de croissance. Au fur et à mesure que la maladie progresse, les plantes peuvent perdre des feuilles et finir par mourir. Si la tige est coupée, une décoloration brune peut être visible.

La rotation des cultures est le meilleur contrôle. Ni les cultivars résistants ni les témoins chimiques ne sont connus.

Moisissure blanche est causée par le champignon Sclerotinia sclerotiorum. Il provoque la brûlure ou la pourriture de toutes les parties de la plante au-dessus ou en dessous du sol. Au début, la zone touchée de la plante a un aspect vert foncé, gras ou imbibé d'eau. Sur les tiges, la lésion peut être de couleur brune à grise. Si l'humidité est élevée, une croissance de moisissure blanche et pelucheuse peut apparaître.

Les contrôles comprennent un sol bien drainé, un espacement approprié des plantes, une rotation des cultures et une élimination soigneuse de toutes les plantes infectées dès que possible. Ne compostez pas et n'utilisez pas de plantes malades comme paillis.

Maladies virales

Virus de la mosaïque du poivre et de la menthe poivrée (PeMV) se produit lorsque des pucerons infectés et d'autres insectes entrent en contact direct avec la plante. Les plantes rabougries, les fruits déformés et la réduction du rendement sont tous des symptômes.

Contrôle des pucerons et bonnes pratiques d'assainissement. La plantation de variétés résistantes est le meilleur moyen d'éviter ce problème. La détection précoce et l'élimination des plantes infectées sont utiles, mais un contrôle complet est souvent difficile.

Virus de la gravure du tabac (TEV) se produit lorsque des pucerons infectés et d'autres insectes entrent en contact direct avec la plante. Des bandes veineuses vert foncé, une distorsion des feuilles et un retard de croissance sont tous les symptômes. Les plantes de Tabasco Chile sont particulièrement sensibles à cette maladie et se fanent et meurent souvent.

Contrôle des pucerons et bonnes pratiques d'assainissement. La plantation de variétés résistantes est le meilleur moyen d'éviter ce problème. La détection précoce et l'élimination des plantes infectées sont utiles, mais un contrôle complet est souvent difficile.

Virus de la mosaïque du tabac (TMV) est une maladie hautement contagieuse et persistante qui est transmise par le tabac dans les cigarettes et se propage mécaniquement, par des mains infectées touchant des outils ou des plantes. Les symptômes peuvent inclure des feuilles enroulées, des fruits tachetés ou tachetés, des plantes rabougries et une chute excessive des feuilles.

Les fumeurs doivent se désinfecter soigneusement les mains (le lait tue le TMV) avant de jardiner. Cultiver des variétés résistantes est la meilleure prévention. La détection précoce et l'élimination des plantes infectées sont utiles, mais un contrôle complet est souvent difficile. Sources d'informations supplémentaires: Extension coopérative de l'Université du Maryland www.hgic.umd.edu

Échange de semences

Toutes mes excuses, notre échange de semences est temporairement indisponible.

Rechercher dans la base de données

Utilisez le court formulaire suivant pour rechercher 3812 types de poivre par nom, chaleur, origine et genre.

Photos nécessaires!

Un grand merci à tous ceux qui nous ont envoyé des photos pour aider à rendre cette base de données plus complète. Si vous avez une photo que vous avez prise et que vous êtes prêt à nous autoriser à l'utiliser ici, veuillez nous contacter. Veuillez ne pas nous envoyer les images que vous avez trouvées sur les sites Web d'autres personnes.


10 remèdes contre les insectes végétaux en intérieur: le couteau suisse des insecticides

1 - Il y a la solution Savon de Castille

Et il y a une raison à cela. Toute recherche sur Internet que vous avez effectuée jusqu'à présent est erronée (Probablement).

Eh bien, supposons une seconde que vous ayez lu des conseils de clown sur l'étouffement des punaises des plantes d'intérieur à l'aide d'une solution d'eau savonneuse. Composé de… Savon à vaisselle.

Le problème, c’est… Il n’ya rien de tel. Le liquide vaisselle n'est pas un savon. C’est un détergent. Le savon de Castille est un vrai savon.

Cela dit, le savon à vaisselle ivoire est le seul autre type de savon pur sur lequel vous pouvez facilement mettre la main. (qui est le clown maintenant?). Le reste nuira à vos plantes à cause des additifs.

Les additifs sont des choses comme:

  • Parfums, y compris les huiles parfumées, les huiles essentielles et les parfums
  • Colorants
  • Hydratants

Pas d'erreur cependant, tout type de mélange de savon aqueux tuera les insectes à corps mou. Il enlèvera également la couche cireuse des feuilles de vos plantes, la laissant très susceptible de se déshydrater. Obtenez le mélange trop fort et vous tuerez votre plante.

Assez dit ... Si vous voulez prendre le risque, tentez votre chance ... (faites attention aux mises en garde énumérées).

La route de bricolage pour fabriquer votre propre insecticide pour savon de Castille est un processus triple-simple:

  • Procurez-vous un vaporisateur. S'il s'agit d'un appareil usagé, nettoyez-le soigneusement.
  • Mélangez une cuillère à soupe de savon liquide par litre d'eau (c'est un quart de gallon, deux pintes ou quatre tasses).
  • Donnez-lui un bon shake / mix.

Toi pouvez vaporisez toute votre plante. Mieux vaut prévenir que guérir. Enrobez une seule feuille, laissez-la 24 heures et voyez si le spray n'a plus endommagé la plante. Si c'est le cas, essayez autre chose. Si ce n’est pas le cas, continuez et utilisez-le sur le reste.

Prenez des précautions cependant, car la plante aura besoin d'applications répétées et vous ne voudrez pas l'endommager davantage.

Combien d'applications? Bonne question…

  • Pour une infestation légère - appliquez une deuxième pulvérisation une semaine plus tard.
  • S'il s'agit de plus de quelques insectes, effectuez des traitements localisés tous les quelques jours. Cela signifie, inspectez la plante, recherchez les insectes et pulvérisez-les directement au lieu de tremper votre plante. Cela ne fonctionne qu'au contact des ravageurs. Ils ne seront pas attirés par celui-ci car il n’est pas parfumé.
  • Pour une forte infestation, vous voudrez peut-être recouvrir entièrement la plante tous les quelques jours avec la solution.

Assurez-vous de le vaporiser le matin lorsque les températures sont fraîches, car l'eau savonneuse n'est bonne que lorsqu'elle est humide.

Une fois qu'il sèche, il est inutile car il ne peut pas affecter les bestioles. Idéalement, vous voulez le mélange sur la plante le plus longtemps possible. Pour ce faire, vaporisez-le à basse température car il ne sèche pas aussi vite.

Pour que ce spray savonneux fonctionne, la solution savonneuse doit entrer en contact avec les ravageurs. Une fois que c'est le cas, il pénètre dans leurs membranes, attaquant leur système nerveux, provoquant un arrêt complet. Décès!

Les mauvais moments sont si le mélange est si fort qu'il endommage les feuilles au point de déshydrater la plante. Alors il ne servirait à rien de tuer les bugs. Ils partiraient tout seuls car ils n’auraient pas de nourriture à grignoter.

La plupart des petits insectes préfèrent l'obscurité, vous les trouverez donc sous les feuilles. Pour de meilleurs résultats avec un risque minimal (sans dire qu'il n'y a pas de risque), vaporisez le savon liquide directement sur les insectes que vous voyez plutôt que de recouvrir la plante entière.

Regardez attentivement le dessous des feuilles. C’est là qu’ils aiment se cacher.

Cependant, pour la sécurité de vos plantes, croyez sur parole des experts… La manière la plus sûre d'utiliser un savon insecticide est d'utiliser une version hautement raffinée.

Pour cela, les auteurs Carlin Munnerlyn et Joey Williamson, tous deux de l'Université de Clemson avec le maître jardinier Joyce D. Ubl rapportent 10 savons insecticides commerciaux couramment disponibles, beaucoup plus sûrs que la variété DIY.

  • Savon insecticide Bayer Advanced Natria (voir sur Amazon)
  • Savon insecticide Bonide
  • Concern Rose and Flower Insect Killer II
  • Savon insecticide Espoma ton terre
  • Lilly Miller - Savon insecticide sans souci
  • Savon insecticide Natural Guard
  • Savon insecticide Raid Earth Options
  • Savon anti-insectes plus sûr
  • Savon insecticide anti-insectes Schultz Garden Safe
  • Savon insecticide Whitney Farms

Noter: Cette information a été extraite de la fiche HGIC 2771 de l'extension coopérative de Clemson et a été mise à jour pour la dernière fois: 12 août 2015. Des clauses de non-responsabilité s'appliquent. Ce n’est qu’une liste. Pas une approbation.

Pourtant, il y a d'autres astuces à mettre dans votre manche.

2 - Huile de neem - Un superbe polyvalent que les insectes détestent

Qu'est-ce qui ne sonne pas bien à ce sujet?

Il est sans danger pour les animaux de compagnie, pour toute la famille et biologique (toujours parfait pour les plantes), capable de contrôler des centaines de races d'insectes différentes, adultes, larves et leurs œufs.

En d’autres termes, c’est une huile de rêve pour vos plantes et obtenez ceci… Elle est idéale pour une utilisation en intérieur!

Voici comment faire votre propre spray d'huile de neem:

Ce dont vous aurez besoin:

  • Un seau pâle ou assez grand pour mélanger la quantité de spray que vous produisez.
  • Un vaporisateur vide (et propre).
  • Extrait d'huile de neem (lien vers Amazon) - la pression à froid est la meilleure.
  • Savon liquide de Castille (lien vers Amazon) pour un émulsifiant.

Pour votre huile de neem…

Essayez d'utiliser de l'extrait d'huile de neem pur mais certainement pressé à froid, car l'ingrédient actif (Azadirachtine) est plus puissant.

Ensuite, vous aurez besoin d'un émulsifiant (parce que l’huile ne se mélange pas à l’eau) and for that, go with the trusted liquid castile soap.

The quantities you need for 10 liters at 2% (1% is for general purpose) neem oil spray are:

  • 200 ml neem oil
  • 30 ml liquid castile soap
  • 10 liters water

Adjust the concentration to suit the quantity you’re making.

As an example: 5 liters at 2%, half the quantities to 100 ml neem oil, 15 ml liquid castile soap and reduce the water to 5 liters. If you want to make it stronger, say for a heavier plant infestation, increase the amount of neem oil while leaving the other quantities the same.

How to put it together

  1. Add the liquid castile soap to the warm water
  2. Slowly pour in your neem oil (constantly stir this to get it mixed thoroughly).
  3. Once it’s dissolved, put it in your spray bottle, shake it well and keep shaking it. Use it right away by drenching your plant with it. The mix is only good up to 8 hours, then it loses potency.

You need to know this part…

This will need repeating as it’s not an instant bug killer. Ça prend du temps. Give it a week before retreating the plant and keep spraying on a weekly basis until the bugs are gone.

Once the infestation’s cleared, you can drop the concentration to 0.5% of neem oil to use it as a bug repellent.

Or there’s this organic bug controller:

3 – Pyrethrum spray – An Instant Contact Poison for Insects

That’s pronounced pie-wreath-rum. Think festive. Christmas pie, wreath on the door and a bottle of rum.

It’s not the same as permethrin spray. That’s something used to control other insect pests like bed bugs, mosquitoes and insects around the home that aren’t making a home in your plants.

  • If your bugs are bugging you. It’s permethrin spray.
  • If the bugs are infesting your plants… it’s pyrethrum spray.

Like neem oil, it’s a contact poison.

When insects come into contact with this, their nervous systems are attacked. To the point it shuts down and they die.

But, get this… Whilst it is organic, it’s not long-lasting. High temperatures and exposure to UV light will reduce its potency. For that reason, like neem oil, spray when the temperature is cooler, but instead of in the morning, apply it at night.

It’s not good to assume. Like because it’s safe for indoor use, you can safely use it in the garden.

It’ll kill beneficial insects too. More importantly, the kind that’s on the endangered species list – the Honey Bee. That means, you can’t be (or shouldn’t be) knowingly killing them.

Pyrethrum spray is highly toxic to all insects. Beneficial or plant-wreckers. It doesn’t discriminate. Since honey bees are usually outdoors in pollinated areas, it’s unlikely they’ll be of concern indoors.

You can make your own, but you’d need to have grown flowers from the chrysanthemums family or Tanacetum family. The most common is the perennial daisy.

If you’re doing that, when the flowers bloom, (wear gloves since this is harmful) pick the flower heads, dry them out in a cool and dark place. Then grind it down until it’s course. For every 1 cup (130 grams), add the grinded powder to 2 liters of warm water, then leave it to stand for a few hours.

Then drain it so it’s just the water left.

Add a teaspoon of liquid castile soap and a teaspoon of cooking oil, mix it together…

Add that to a spray bottle and you’re ready to apply it to your plants.

But, it’d really be much easier to just order a bottle of ready to use pyrethrum spray online or pick up a spray at your garden center. Some garden centers may only sell the powder form. If it’s only powder, make the spray by adding a little pure soap, cooking oil and warm water.

Another reason to buy it ready to use: It comes with instructions. Follow them!

This spray is not family and pet friendly so always use with care. Especially when you’re putting it in unlabeled spray bottles.

Or use what you’re already careful with…

4 – Alcohol

Vodka, stale beer, rum… you name it. Don’t use it on your plants.

When people talk about using alcohol to get rid of pests, what they really mean is to get rid of slugs and snails.

For that, it’s called a beer trap.

All you do is put stale beer in a shallow dish, put it where your slug problem is, indoors or out. Slugs and snails are attracted to the sugary content caused by fermentation. They can’t help themselves from going into the dish and slugging away.

When they do, they get drunk. They might drown but either way, take the dish outside in the morning to return them to mother earth.

Here’s what you ought to know about alcohol and plants.

  1. Ethanol
  2. Méthanol
  3. Isopropyl

Isopropyl is sold as rubbing alcohol. It’s as high as 70% concentration. That’s antiseptic levels. Not like your old-style country western movie antiseptic used for cleaning gunshot wounds with whisky.

  • Ethanol will stunt plant growth.
  • Methanol will encourage plant growth.

However, with ethanol alcohol, 5% concentrate stunts plant growth but at 10% it stresses your plant. 25% concentration will kill it.

Isopropyl (rubbing alcohol) is the most appropriate. Besides, you can use it for far more. Like glass cleaning, or sterilizing anything, including your pruners and scissors.

Even better… It’s cheap to buy. Cheaper than a bottle of any spirits.

To use it as a pest control method, all you do is use cotton swabs dipped in rubbing alcohol and dab it on top of the pests. They hate it. Especially mealybugs.

Now, if you don’t fancy inspecting for bugs and dabbing each one, you can make a spray with rubbing alcohol.

All you need are the quantities:

  • For every quart of water, use one to two cups of alcohol

Quick reminder: “a quart is a quarter gallon, two pints, or four cups”

That’s assuming your rubbing alcohol is 70%. If it’s less concentrated, increase the amount. If it’s more potent, reduce the amount you’re using.

Or, here’s one you can apply just now, jef you’ve got this stuff in the kitchen already anyway.

5 – Garlic or hot pepper spray – Or mix them both for a max bug killing punch

Garlic spray on its own used to treat the plant foliage will be effective to get rid of bugs. Using the garlic water in soil plants, you’ll be able to treat both nematode problems and get rid of fungus gnats in houseplants.

  • A processor/blender
  • 1 head of garlic
  • A jar big enough to hold a couple cups of water
  • A container big enough to hold a gallon of water
  • A spray bottle (cleaned out) for application

Voici ce qu'il faut faire:

  • Put the garlic through the blender until you’ve got a smooth consistency
  • Pour in two cups of water
  • Pulse the mixture twice
  • Pour it into a jar, cover it and let it sit somewhere dark for a day
  • Strain the mix
  • Pour it into the bigger container and top up with water to bring it up to 1 gallon
  • Fill your spray bottle and apply it to your plant

Apply your garlic mix weekly until the pests are gone.

If you want to make it more effective, toss some chopped up spicy herbs (jalapenos, Habanero etc.) to your mix and add a teaspoon of cayenne pepper.

Listen up though… This stuff’s harmful to pests but it’s also super unpleasant for you (if you’ve a bad memory: Read that last sentence 7 times more so you remember it).

Spicy herbs are potent and when mixed like this, it’s unpleasant on your throat, and certainly don’t touch your eyes after handling these.

Wear gloves and cover your mouth and nose with something (a winter scarf should do the trick).

To help the peppers infuse into the water, heat them up, bring them to a simmer and give them 15-minutes. Then let it cool down and mix it with your garlic solution.

Ou alors…You could grow your own pest repellents:

6 – Herbs you can grow indoors that are fly and bug repellents

Keep mosquitoes and flies away with rosemary and bugs away with mint.

Both of these spread like wildfire when grown outdoors, but they can be potted and grown indoors.

So can catnip. Cats love that, but you’ll need to alternate between outdoors and indoors as catnip needs plenty of sun.

None are fast acting like the others, but once your pests are gone, they’re handy to have around the plants for the scents to keep them away.

What we perceive as pleasant smells, bugs absolutely hate the scents.

If you’d like to take a shot at growing herbs indoors, grow them near your other plants so the smell stops any other pests being attracted to your plants.

For another safe way to flush the bugs out…

7 – Just use water and a garden hose

Ouais! Aussi simple que cela. Take your plant outside, perch it down, give it a shower with the strongest jet spray it can handle, and wash those bugs away. Works particularly well with aphids on indoor plants.

You could also use your shower to give your plant a shower.

Here’s one for the most common of all – Gnats.

8 – Apple Cider Vinegar is Effective at Killing Adult Gnats – Stopping Reproduction

Gnats. Annoying as they are, they’re idiots. The adult ones anyway.

They’ll drown themselves, provided you set the bait.

That bait… A bowl filled with apple cider vinegar. They’re attracted to it. Cover it with cling film, take a fork and pierce the tiniest of holes in it.

They’ll crawl into the bowl then drown because they can’t crawl back out the minuscule hole they struggled through to get into the bowl.

There’s still going to be larvae and eggs in the soil so the problem’s not gone. For that, there’s a trick coming up you’ll love – It’s a real heavy hitter!

For more info about getting rid of gnats, see my in-depth guide.

9 – Diatomaceous Earth – Food Grade Only Though if You’ve Kids and/or Pets

This is a great way to protect your plants and family and address a deeper issue – how to get rid of bugs in soil. Food grade Diatomaceous Earth is lethal to every insect to come into contact with it.

The easiest way to use it… In a plastic soda bottle.

Just use a funnel to add the powder, pierce the lid a few times (narrow holes) and then when you squeeze it, out puffs the powder to coat your plants. Great use of plastics, eh?

Also handy is to coat your pot with the powder before you pot your plant. Do that if you’re going to repot your plant.

Then each time you water it, add some more powder to the top soil. Any larvae or eggs won’t survive long enough to develop wings.

If that’s not enough, here’s the heavy hitter:

10 – Bring in your own front-line army to fight to your battle for you

Now we’re talking getting super nasty with the bugs. All-out war! Nematode war that is.

There’s good nematodes and there’s bad nematodes. None are frogs, by the way.

And get this: it’s been proven that beneficial nematodes can be used for pest control management. Safe for everything else, bar insects. Farmers needed these and now use them.

Tiny little roundworms (not the type you protect your dog from) but the type that preys on predators.

The same things lurking in soil munching your plants, these good guys eat them for breakfast, while leaving your plant nourished and thriving.

24/7 protection! Can’t get better than that.

On a final note:

As soon as you notice a plant with any type of bug problem… Quarantine it! Separate it from all other plants. Put it in the shower cubicle or a room with no other plants around.

Always isolate infected plants.

If you want more tips and tricks on taking care of indoor plants, check out my posts on cost effective ways to indoor garden and how to save a diseased plant from dying!


Pests of Peppers

More than 35 species of insects and mites are pests of pepper. However, of these only 12 species occur in North Carolina, and only 7 species may be considered of economic importance. These are the European corn borer, corn earworm, beet armyworm, fall armyworm, pepper maggot, green peach aphid, and the tobacco hornworm. Flea beetles, cutworms, plant bugs and the pepper weevil are minor pests of pepper in North Carolina.

Insects damage peppers by feeding on foliage or fruit or by spreading virus diseases. Obviously those feeding within the fruit are of most concern to the processor.

Three critical periods exist when insect damage is paramount. By mid-June, aphids have usually established colonies in pepper fields. By early July, populations of second generation European corn borers, corn earworms, and pepper maggots are growing. By early August, the most critical period, third generation European corn borers, armyworms and corn earworms have reached devastating levels unless a control program has been implemented.

A. Insects that feed externally on plants

  1. Caterpillars with three pairs of legs near head and five pairs of prolegs
    1. Beet armyworm – Green or black larva, up to 30 mm long three lightly colored stripes running length of body black spot on each side of body on second segment behind head (Figure 1) damages bud and young leaves
    2. Tobacco hornworm – Greenish caterpillar up to 90 mm long with red anal horn body with fine white pubescence and 7 diagonal stripes on each side (Figure 2) strips leaves from vines infrequently feeds on fruit, leaving large, open superficial scars (Figure VV)
  2. Beetles - hard-bodied insects with wing covers which meet in a straight line down the middle of the back
    1. Flea beetles – Various species of tiny, darkly colored beetles 2.5 to 4.5 mm long (Figure 3) have solid-colored body or dark body with pale yellow stripe on each wing cover chew tiny round holes in foliage
    2. Pepper weevil – Reddish-brown to black snout beetle with brassy luster body about 3 mm long spur on inner side of each front leg (Figure 4) chew holes in foliage, buds, and tender pods
  3. Green peach aphid – Soft-bodied, pear-shaped, yellow to green insect up to 2.4 mm long with pair of dark cornicles and a cauda protruding from the abdomen (Figure 5) may be winged or wingless - wingless forms more common winged adult with dark dorsal blotch on yellowish-green abdomen cornicles over twice as long as cauda and slightly swollen toward tip yellow-green nymph with three dark lines on abdomen cause discoloration or mottling of the foliage transmits virus diseases excrete honeydew on which sooty mold grows
  4. Potato leafhopper – Spindle-shaped pest, up to 13 mm long green body with yellowish to dark green spots (Figure 6) usually jumps instead of flies extracts sap from underside of leaf causing leaf to crinkle, curl, and turn yellow
  5. Corn earworm – Early instars - cream colored or yellowish-green with few markings later instars - green, reddish, or brown with pale longitudinal stripes and scattered black spots moderately hairy up to 44 mm long 3 pairs of legs, 5 pairs of prolegs (Figure 7) leaves holes in peppers
  6. Fall armyworm – Green, brown, or black caterpillar with black stripe down each side and yellowish-gray stripe down back body up to 40 mm long 3 pairs of legs near head and 5 pairs of prolegs (Figure 8A) head capsule with pale, but distinct inverted Y (Figure 8B) rarely found in North Carolina before July eats leaves and gouges fruit

B. Chewing insects that mine leaves or bore into fruit

  1. Corn earworm – Early instars - cream colored or yellowish-green with few markings later instars - green, reddish, or brown with pale longitudinal stripes and scattered black spots moderately hairy up to 44 mm long 3 pairs of legs, 5 pairs of prolegs (Figure 7) leaves holes in peppers
  2. Fall armyworm – Green, brown, or black caterpillar with black stripe down each side and yellowish-gray stripe down back body up to 40 mm long 3 pairs of legs near head and 5 pairs of prolegs (Figure 8A) head capsule with pale, but distinct inverted Y (Figure 8B) rarely found in North Carolina before July eats leaves and gouges fruit
  3. Pepper maggot – White, translucent, legless maggot up to 12 mm long with a pointed head (Figure 9) feeds inside fruit infested peppers have 0.4 x 0.3 mm egg punctures and turn red prematurely
  4. Pepper weevil larva – Grayish-white, cylindrical, slightly curved legless grub up to 6 mm long pale brown head (Figure 10) feeds at seed core of pepper or tunnels in walls inside of pepper is black and filled with frass

C. Insects that bore into or sever stems

  1. Cutworms – Several species of fat, basically gray, brown, or black caterpillars 40 to 50 mm long when fully grown 3 pairs of legs, 5 pairs of prolegs (Figure 11) occasionally feed above ground when young older larvae burrow in soil during day, sever plant stems at night curl up when disturbed
  2. European corn borer – Cream to light pink caterpillar with reddish-brown to black head body up to 26 mm long with several rows of dark spots 3 pairs of legs near head 5 pairs of prolegs (Figure 12) bores into stems leaving tangled frass and silk near entrance hole stems break or plants wilt readily young larvae sometimes feed under the fruit cap and later bore into the fruit (Figure TT)


Homemade Hot Pepper Spray for Organic Gardening

This post may contain affiliate links.

Late May is the time of year when a garden begins to get a personality. A few weeks ago, we had only a few tiny little plants popping up above the dirt, and now we have full rows of plants and enough weeds to keep us busy for the remainder of the summer. Not busy in the fun way, either late May is also when we remember how much work gardening can be.

While the weeds are the most obvious issue with our garden right now, they’re not the only problem, and they aren’t the most harmful. Cosmetically, they’re kind of an eyesore, but they haven’t choked out any plants and they aren’t numerous enough to pull a significant amount of nutrients from the soil. We’ve lost a few plants to crows (though we’re taking measures to prevent more damage from birds), but even that isn’t our biggest problem. Right now, the biggest problem we’re facing is insect damage.

I’ve talked about pollinators often enough that you guys know how I feel about them. Neonicitnoid pesticides aren’t even an option for us anything that kills damaging pests could also kill our honeybees. Still, we have to do something. Our beans are already damaged and I don’t want the trauma to spread to any other plants, so we’ve decided to turn to an old, trusted method of organic pest-deterrent: homemade garden bug spray made from hot peppers!

Hot pepper spray is available in stores, but it’s expensive. Especially considering that it has to be reapplied frequently, the price of commercial hot pepper sprays can be prohibitively high. When my husband informed me that we needed to do something about the bugs in our garden and that we’d run out of the hot pepper spray we used last year, I decided to see what I could come up with myself. After lots of research and poking around, I came up with this:

Homemade Hot Pepper Garden Bug Spray

Supplies List

  • gloves (like these)
  • mask/dish towel (a mask like this works)
  • goggles (something similar to this)
  • five gallon bucket (found at hardware stores or online here)
  • food processor (find a great one here)
  • cheese cloth (find it here)
  • garden sprayer (like this)

Ingrédients

  • 2 cups hot peppers, chopped (I used habaneros)
  • 1 tbsp cayenne pepper
  • 1 head of garlic
  • 3 tbsp dish soap
  • 4 gallons water

Les directions

First, let me make it very clear that you need gloves for this project!

How do I know this? Because I didn’t use gloves and I now consider that to be one of the most terrible decisions I’ve ever made. I don’t eat much spicy food and have next to no experience with hot peppers, so I vastly underestimated the burn of these little plants. My fingertips were still sore two days later, and let’s not even discuss the whole putting-in-my-contacts incident. (It was bad. I wore glasses for a long time after that.) Just take my word for it and wear the gloves, okay? Also, consider goggles and some kind of mask. I clipped a dish towel over my face, so it doesn’t have to be fancy, but this stuff will absolutely irritate your throat if you don’t protect yourself.

Having warned you fairly, I feel okay to give you the rest of the instructions:

  1. First, chop up your peppers and measure the two cups of them. Don’t worry about getting them finely chopped, but make sure that they’re small enough that you can get an accurate measurement.
  2. When they’ve been cut up, put them in the food processor with the garlic cloves (a whole bulb’s worth) and cayenne pepper and puree them. Add water as necessary to keep the food processor working properly.
  3. When you’ve finished pureeing them, put them in a five gallon bucket and pour four gallons of water over them. Cover the bucket up and let the concoction sit for about 24 hours.
  4. Strain out the hot peppers (it works best to pour the liquid into another five gallon bucket and catch the peppers in cheesecloth or a very small strainer) and add in the three tablespoons of dish soap. This might seem like a strange addition, but soap will help the spray spread out over and stick to the plant leaves.
  5. Once you have everything mixed and all of the pepper chunks out, pour the hot pepper spray into your garden sprayer. If you don’t have a garden sprayer, keep it stored in your bucket and pour it into a spray bottle as you need it.

To Use

You’ll need to coat your plants with this well, and make sure to re-apply every few days. Twice a week is ideal. Make sure you aren’t applying in the heat of the day, though–hot pepper spray is best applied in the evenings.

IMPORTANT: Do not to put the spray on edible parts of produce. You do not want this strong spray on your yummy garden food.

Note: This pepper spray will not hurt birds if they are nibbling at your sprayed plants. Birds cannot sense capsaicin, and will often eat hot peppers and seeds.

Hot pepper spray is a proven, natural pest deterrent for the garden. If this is a product you’ve used for years, it’s worth trying to make your own. It’s inexpensive, simple to do, and it doesn’t take long. I plan to keep our homemade hot pepper spray around for the rest of the summer, and I’ll definitely make more next year.

Do you think you’ll try out this recipe?

If you have other all-natural insect deterrents share them below.


Voir la vidéo: Avoir une pépinière de Piments